28/10/2014 14:38
0

L'invité du mois - Hervé LE STUM

« L’invité du Mois » reçoit Hervé le Stum, Directeur Général d’Intercéréales. Il est interviewé par Denis le Chatelier, journaliste indépendant, et donne sa vision du marché des céréales suite à la moisson écoulée et des défis que devront relever les céréaliers français pour rester compétitifs.

Créée à l’initiative des organisations professionnelles du secteur céréalier, Intercéréales a pour objet de développer les filières céréalières en France. C’est un lieu d’échange entre les organisations qui la composent. En cette fin octobre 2014, « Les fondamentaux, c’est d’abord des récoltes beaucoup plus abondantes que par les années passées que ce soit en blé ou en maïs partout dans le monde » précise Hervé le Stum. Cette situation fait pression sur l’ensemble des prix du système céréalier et les prix sont orientés à la baisse. « Le déficit de qualité de cette année est lié à un accident climatique et aux conditions de récolte mais en France on a sur le long terme quelques problèmes de qualité par rapport au standard internationaux et notamment en ce qui concerne la protéine » précise le Directeur d’InterCéréales. Des efforts doivent être faits avec pour objectif de faire remonter le taux moyen de protéine de l’ensemble de la production française pour les blés. Parmi les enjeux à moyen terme, les céréaliers français ont aussi le défi de contribuer à nourrir la planète. « Le deuxième aspect est un défi de compétitivité par rapport à leurs concurrents américains et ukrainiens entres autres. Ce défi porte sur deux axes, la qualité et les coûts de production. Sur le long terme, il y aura des besoins d’adapter l’évolution des coûts de production à ce qui ce passe dans le reste du monde… et le reste du monde n’attend pas la France pour baisser ses coûts et faire des économies d’échelle » constate Hervé le Stum. Nous observons un lent glissement de la politique agricole vers une politique de plus en plus territoriale sous deux aspects notamment, les aides à l’hectare et les contraintes environnementales. Le défi est de concilier les deux est d’arriver à « Produire plus et Produire mieux »

0 Commentaire

Laisser un commentaire

Votre commentaire